Hockey subaquatique : Piscine et apnée sans glace

Encore méconnu en France, le hockey subaquatique - ou Octopush -, qui a vu le jour en 1954 outre-Manche, est le seul sport au monde à se dérouler entièrement sous l'eau. Physique, la discipline requiert vitesse et une aptitude certaine en apnée.
Hockey subaquatique

Vous trouvez le hockey sur glace trop rapide et violent, et vous ne pigez rien à son pendant sur gazon ? Et si vous vous laissiez tenter par son cousin éloigné, le hockey subaquatique ?

Octopush en hiver

La discipline, originellement appelée Octopush, a été inventée en 1954 en Angleterre par Alan Blake. Ce fondateur d'un club de plongée cherchait alors à occuper ses membres avec une activité praticable lors des hivers rigoureux. Exporté puis développé aux États-Unis en 1960, le sport hybride est arrivé en France en 1968. Depuis, les tricolores ont été sacrés 3 fois champions du monde, la première fois en 1998, bizarrement dans l'ombre de leurs homologues footballeurs. Les recordmans du hockey subaquatique sont les Australiens, 10 fois champions du monde Homme, 8 fois chez les féminines.

Le hockey subaquatique, une discipline physique

Comme son nom l'indique, le hockey subaquatique se déroule sous l'eau, dans une piscine d'une profondeur allant de 2 à 4 mètres. Elle oppose deux équipes composées de six membres, pendant deux mi-temps de 15 à 20 minutes chacune. Les joueurs, différenciés par deux couleurs différentes, sont équipés d'un masque, d'un tuba, de palmes et d'une courte crosse d'environ 30 centimètres de longueur.

Comme dans le traditionnel hockey, l'objectif est de faire rentrer le palet dans le but adverse, posé dans le fond de la piscine. Le hockey subaquatique requiert une bonne vitesse, procurée par le palmage. Il est également nécessaire de multiplier les courtes sessions d'apnée, et ce pendant l'effort, ce qui rend le sport très physique.

Alors, tenté ? Si oui, n'oubliez pas votre Action cam pour filmer vos exploits subaquatiques...