Base jump ou saut à l'élastique, lequel choisir ?

On a parfois tendance à confondre ces deux sports extrêmes. Ils n'ont pourtant rien à voir et surtout, ils ne s'adressent pas au même public.
Un "baseur" s'élance du haut d'un immeuble.

Le saut à l'élastique : un sport idéal pour les novices

Le gros avantage du saut à l'élastique est qu'il ne demande aucune technique, aucun apprentissage, aucun savoir-faire. Juste du courage. Des instructeurs sont là pour vous tenir la main jusqu'au plongeon et vont même jusqu'à vous donner un petit coup (de pouce) dans le dos pour être sûrs que vous sautiez. Ce sport est donc parfaitement adapté pour n'importe quel débutant au coeur bien accroché. Quant aux plus expérimentés ils peuvent hausser la difficulté en sautant des sites de saut à l'élastique les plus fous au monde.

Le Base Jump : une pratique d'initiés

Ce sport extrême tient son nom de l'acronyme anglais " BASE ". Ces initiales signifient 'Building' (immeuble), 'Antenna' (Antenne), 'Span bridge' (traversée de pont) et 'Earth cliff' (falaise). Dérivée du parachutisme, cette discipline est très dangereuse car ses adeptes s'élancent depuis des points fixes et non d'un avion. Le risque de collision avec le point de départ est donc très élevé. Le Base Jump s'adresse par conséquent exclusivement à des parachutistes ayant déjà réalisé une centaine de sauts. Réputé comme le sport extrême le plus dangereux au monde, il en a inspiré un autre désormais très connu : le wingsuit.

S'envoyer en l'air n'est donc vraiment plus un problème et il existe des disciplines adaptées à tous les niveaux. Reste à évaluer votre degré de bravoure avant le grand saut.