Boxe : 5 expressions à connaître pour mettre tout le monde KO

Regarder les matchs de boxe à la télé et l'intégrale des " Rocky ", c'est votre dada. Problème, vous ne comprenez absolument rien au jargon utilisé par les commentateurs. Voici une séance de rattrapage.
Mike Tyson, Roi incontesté du "travail au corps"

" Faire de la danse "

Si on ne devait choisir qu'un seul adepte de cette technique, ce serait sans conteste Mohammed Ali. Très agile dans ses déplacements, le boxeur était réputé pour ses esquives spectaculaires et sa facilité à tourner autour de ses adversaires jusqu'à leur épuisement total. Un jeu de jambes devenu légendaire qui ressemble fortement à des pas de danse.

" Avoir du menton "

Malgré une pluie de coups portés au visage, le boxeur ne bouge pas d'un centimètre. Rien... Pas un genou à terre ou un quelconque signe dévoilant qu'il est sur le point de lâcher prise. Il encaisse les chocs sans sourciller et, pire encore pour son opposant, n'hésite pas à lancer à son tour quelques attaques. Plus de doute possible, ce boxeur " a un sacré menton " ! Ou une mâchoire en béton armé, au choix.

" Boxer en fausse patte "

Non, il ne s'agit pas d'un boxeur doté d'une prothèse aux bras, " boxer en fausse patte " signifie avoir une posture inverse pour déstabiliser l'adversaire. Explication : un droitier se positionnera traditionnellement avec le bras et la jambe gauche en avant. Dans le cas d'une " fausse patte ", c'est l'inverse. Le temps de comprendre l'entourloupe, et BIM !, l'adversaire est déjà au tapis.

" Travailler au corps "

- " T'as pas mal ! "
- " J'ai pas mal ! "
- " T'as pas mal ! "
- " J'ai pas mal ! "

Tout le monde se souvient de ce dialogue culte et d'une rare finesse entre Rocky Balboa et son coach alors que l'étalon italien se fait laminer par la brute épaisse Ivan Drago dans le quatrième volet. La technique conseillée par le coach ? " Cogne-le au coeur ". Plus précisément : lui cisailler les jambes en concentrant la majorité de ses coups dans la partie abdominale, les côtes et le foie. Un " travail au corps " radical pour transformer les jambes de son adversaire en coton.

" Casser la distance "

C'était la spécialité de la star précoce Mike Tyson, qui officiait chez les poids lourds en ne mesurant que 178 centimètres. En boxe la longueur des bras peut vite devenir un avantage pour garder l'adversaire à distance tout en lui assénant quelques jabs (petits coups vifs et faibles donnés avec le bras avant et destinés à préparer un plus gros coup) bien placés. Pour l'athlète en face, la technique consiste à " casser la distance " en pénétrant dans sa garde afin de l'accrocher pour souffler quelques secondes ou le " travailler au corps " comme expliqué plus haut.