La transpiration dans le sport : à quoi sert-elle ?

Mains moites, aisselles humides, perles de sueur... Personne n'échappe à la sudation pendant un effort physique. Voici les fonctions et bienfaits de ce phénomène naturel.
Transpirer après une séance de sport est bon pour la santé.

Aisselles, visage, mains, pieds... Les zones de transpiration sont multiples et bien précises après une séance de sport et ce, peu importe le niveau de chacun. Quand nous faisons de l'exercice, ce sont tous les organes de notre corps qui réagissent. Évidemment, la réaction physiologique la plus visible est celle de notre peau, qui évacue de la sueur pour plusieurs raisons.

Les glandes eccrines et apocrines

Le corps humain est comme une machine. Pour se maintenir en état de marche, il est obligé de générer de la chaleur. Pour éviter la surchauffe, les vaisseaux sanguins situés près de la peau se dilatent et permettent alors l'évaporation de la sueur. Cette dernière est produite par les glandes sudoripares, des organes permettant le phénomène de sudation. On en compte deux sortes : les glandes eccrines et apocrines. Elles ne produisent pas tout à fait le même type de sueur. Les premières sont à l'origine d'une transpiration sans odeur, composée principalement d'eau et de sel, libérée à la surface de l'épiderme. Les secondes sont à l'origine d'une sueur plus lourde, située dans les zones les plus pileuses du corps (crâne, aisselles, aine). Elle est souvent liée à un stress émotionnel : on parle alors de sueurs froides. Riche en protéines et en sébum, cette dernière attire les bactéries à l'origine des mauvaises odeurs.

La thermorégulation de l'organisme

Quand on fait du sport, ce sont donc les glandes eccrines qui sont sollicitées. Le rôle premier de ce type de sudation est de maintenir la température du corps humain à 37°C. L'organisme se charge alors de trouver l'équilibre entre les gains et les pertes de chaleur. On parle dans ce cas de thermorégulation. Le principe ? Des thermorécepteurs périphériques (peau, poils...) renseignent les centres thermorégulateurs d'éventuelles variations thermiques du corps, lesquels réagissent par la sudation et la vasodilatation. Autrement dit, transpirer est une chose tout à fait normale et nécessaire lorsque l'on effectue un effort physique.

Transpirer rend la peau plus belle

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le fait de suer peut avoir des effets positifs pour la beauté de l'épiderme. En contribuant à l'hydratation de ce dernier, la sudation renforce le film hydrolipidique, c'est-à-dire la couche protectrice qui recouvre la totalité de la surface de la peau. Composé de sécrétions corporelles (sueur, sébum...), il participe à la constitution de la barrière cutanée, régule l'hydratation du tissu cellulaire et permet de lutter contre les agressions microbiennes.

Suer pour purifier le corps

Sauna, hammam, yoga bikram... nombreuses sont les salles de sport à proposer des activités principalement centrées sur la transpiration. Et pour cause, cette dernière compte parmi ses bienfaits la " purification du corps ". En plus de renforcer la barrière cutanée, elle a une fonction détoxifiante. Les déchets produits par le métabolisme cellulaire, la digestion ou le stress s'évacuent aussi par le mécanisme de la transpiration. Non seulement, les pores de la peau sont vidés des impuretés du quotidien (pollution, tabac...), mais l'organisme rejettent aussi les molécules toxiques du corps humain.

Les risques de déshydratation

Que l'on transpire après avoir couru 40 minutes ou bien suite à une séance de sauna, on perd dans tous les cas beaucoup d'eau. C'est pourquoi il est impératif de s'hydrater avant, pendant et après le sport. La déshydratation se traduit par un sentiment de fatigue, une perte des capacités physiques, une diminution de la tension artérielle en même temps qu'une augmentation de la fréquence cardiaque. Pour éviter la syncope, il faut donc boire une quantité d'eau proportionnelle à l'effort fourni.