Le bodysurf ou quand votre corps ne fait plus qu'un avec la vague

Pas de planche, une proximité avec l'océan sans pareil... le cousin éloigné du surf est devenu incontournable pour les amoureux de glisse à la recherche de nouvelles sensations.
Le grand Kelly Slater lui-même est un adepte du bodysurf.

Ne faire qu'un avec la vague. Telle est la promesse du bodysurf, sport de glisse apparu avant... le surf - la première découverte d'une planche date du XVIe siècle - sur les îles polynésiennes. Notamment Tahiti où enfants et adultes s'amusaient à glisser sur les vagues, sans matériel. Aujourd'hui, la pratique est devenue un sport à part entière. Les icônes du surf comme Kelly Slater se laissent tenter par la discipline et les compétitions se multiplient. La plus prestigieuse est le Pipeline Bodysurfing Classic. Elle se déroule tous les ans sur l'île hawaïenne d'Oahu. Plus précisément sur le célèbre spot de Banzai Pipeline, convoité par les amoureux de glisse du monde entier pour ses vagues de 15 mètres. Pas de géant pour la discipline, un championnat d'Europe de bodysurf a vu le jour en 2007 sur les plages d'Anglet, commune française située en Aquitaine. Depuis, le nombre de licenciés ne cesse d'augmenter et petits et grands rêvent de ressembler au virtuose français Jonathan Despergers, vice-champion du monde dans la catégorie 25/34 ans en 2014.

Au bodysurf, le handboard est d'une efficacité redoutable.
Au bodysurf, le handboard est d'une efficacité redoutable.

Pas de planche, mais des palmes et un handboard

Si la proximité avec l'eau est totale en l'absence de planche de surf, des accessoires sont à disposition pour rendre la pratique plus accessible. A commencer par les palmes. Devenues incontournables lors de l'apprentissage et des compétitions officielles, elles permettent de se positionner plus rapidement au sommet des vagues et de pouvoir glisser sur celles de faible amplitude. Pour augmenter la vitesse et gagner en stabilité, certains bodysurfeurs s'équipent d'un handboard, une petite planche sur laquelle la main vient prendre appui. Avec elle, la discipline devient (presque) un jeu d'enfants.