Petit lexique du BMX pour briller en société

'Dirt', 'Tail Tape', 'Nose Pick'... voici l'essentiel des termes à connaître pour ne pas être largué en regardant une compétition du plus célèbre des petits vélos : le BMX.
Le BMX : une discipline technique au lexique fleuri.

Les disciplines du BMX

B.M.X : ce sigle est une contraction des termes 'Bicycle' (vélo), 'Motor' et 'Cross', symbolisé par un 'X' ou une croix en anglais.

Dirt : ce terme qui signifie " terre ", désigne la surface sur laquelle peut se pratiquer le BMX. Les pistes en Dirt sont souvent jalonnées de bosses qui permettent de réaliser des figures aériennes.

Street : cette autre variante a lieu dans des skateparks, autrement dit dans la rue (street).

Le matériel

Le rotor : c'est grâce à ce système de freinage que les adeptes du BMX ont la possibilité de faire tourner le guidon à 360°. Une avancée majeure pour le côté spectaculaire de ce sport.

Les pegs : ces deux fixations servent de cale-pieds aux riders pour prendre appui avant d'exécuter une figure ou de grinder.

Roue 48's : ce terme désigne les roues équipées de 48 rayons.

Les figures

Le grind : comme dans le lexique du skate, ce terme désigne le fait de glisser sur des rampes à l'aide des pegs du vélo.

Le Tail tape : cette figure consiste à se poser sur la roue arrière du vélo, sur une plateforme.

Le Wall ride : le rider roule sur un mur.

Le manual : le cycliste roule tout simplement sur la roue arrière.

Le nose pick : cette figure consiste à se poser sur la roue avant.

Le look Back : comme son nom l'indique, dans ce trick, le rider regarde en arrière tout en tournant le guidon. On appelle aussi cette figure le " Harry Leary ", du nom de son créateur.