Ski freestyle : les règles du classement AFP

Comme dans plusieurs sports extrêmes, notamment le surf, le ski freestyle se réfère à un classement pour élire son champion du monde annuel. Explications.
Le ski freestyle, aussi beau qu'incompréhensible ?

Alors que la saison de ski et des compétitions 2014-2015 s'ouvre début décembre, on fait le point sur les règles du classement AFP (Association des Freeskieurs Professionnels) du ski freestyle. Ce sport extrême, qui demande un matériel adapté, compte cinq disciplines : big air (tremplin permettant d'effectuer des figures), half pipe (rampe de neige), slopestyle (piste de descente aménagée pour les figures), boardercross (parcours d'obstacles chronométré), skicross (course sur parcours à obstacles). Chacune d'entre elles possède son propre classement, en plus du classement général qui regroupe toutes les disciplines. Toute l'année, les freeskieurs tentent de remporter des points sur plusieurs compétitions. Celles-ci sont hiérarchisées en quatre niveaux différents : Platine (de 925 points à 1000 points), Or (de 675 à 875 points), Argent (de 475 points à 625) et Bronze (de 345 points à 445 points).

Le classement général AFP

Regroupant les riders de toutes les disciplines confondues, le classement général AFP est établi en fonction des points remportés sur chaque compétition disputée. Il est mis à jour toutes les semaines. On distingue toutefois un classement masculin et un autre féminin. Pour les hommes, on additionne les deux meilleurs scores en halfpipe, en slopestyle, le meilleur en big air et le meilleur toutes disciplines confondues. Pour les femmes, on additionne les trois meilleurs en halfpipe et les trois meilleurs en slopestyle.

Les Jeux Olympiques ne rentrent bien évidemment pas dans le calcul du classement AFP, tout comme les coupes du monde, d'Europe, nationales, etc., qui sont gérées par la FIS (Fédération Internationale de Ski). En revanche, les X Games comptent parmi les compétitions platine.

Au ski freestyle, mieux vaut ne pas avoir peur de prendre de la hauteur.
Au ski freestyle, mieux vaut ne pas avoir peur de prendre de la hauteur.