Vrai ou faux : transpiration et stress

Les situations stressantes ne manquent pas dans la vie d'un homme actif et sont, la plupart du temps, accompagnées de la transpiration du corps. Odeur, temps d'apparition, zones touchées... On trie le vrai du faux.
Un premier rendez-vous peut rapidement se transformer en situation stressante.

Réaction physiologique parfaitement normale, la transpiration présente de nombreux avantages : assurer la thermorégulation du corps, détoxifier l'organisme, hydrater et nettoyer l'épiderme... Cependant, des situations particulièrement stressantes accélèrent ce phénomène, le rendant incontrôlable, inconvenant, mais heureusement bénin.

En cas de stress, les sueurs apparaissent instantanément

VRAI. La transpiration provoquée par les émotions - au contraire de la sudation thermique qui est progressive - présente la caractéristique d'être sécrétée spontanément. Ce type de réaction corporelle est appelé sueurs froides. La sudation ne met que quelques secondes à apparaître et peut s'avérer abondante, occasionnant des situations incommodantes socialement. Chez certaines personnes, la transpiration générée par les stimuli émotionnels peut entraîner un mal-être et un surplus de stress, engendrant un véritable cercle vicieux. Il est primordial dans ces cas d'apprendre à maîtriser ses émotions et à contrôler son stress, à l'aide d'exercices de relaxation par exemple. Un choix judicieux de vêtements, aux matières aérées et légères, permet aussi de prévenir et de mieux vivre le phénomène.

La sudation se déclenche sur la totalité du corps

VRAI. Les sueurs froides ont la particularité d'être localisées sur le corps tout entier. Néanmoins, elle sont généralement plus prononcées à certains endroits précis : la paume des mains - à l'origine des mains moites -, la plante des pieds, les aisselles et le visage. Le point commun de ces quatre zones ? Elles concentrent un très grand nombre de glandes sudoripares dites "eccrines". Présentes sur la totalité du corps, à l'exception des parties intimes, elles permettent la thermorégulation de la peau et réagissent fortement aux stimulations émotionnelles. D'où les abondantes sécrétions en réaction à l'anxiété ou la peur. Les glandes eccrines génèrent une sueur inodore, composée en majorité d'eau et de chlorure de sodium - à l'origine de son goût salé.

La sudation liée au stress est inodore

FAUX. En plus des glandes eccrines, les épisodes émotionnels provoquent aussi une réaction des glandes apocrines. Essentiellement réparties au niveau des parties intimes, des mamelons et des aisselles, elles sécrètent une sueur contenant des molécules organiques, telles que des lipides et des protéines. La sécrétion est très appréciée des bactéries, dont l'action produit la désagréable odeur de transpiration. Les émanations proviennent principalement de l'aine mais aussi des aisselles, zones cumulant les deux types de glandes sudoripares.

La température influe sur les sueurs froides

FAUX. Contrairement à la transpiration de régulation thermique, sécrétée en réaction à un coup de chaud par exemple, les sueurs froides peuvent se déclencher quelle que soit la température ambiante. Le phénomène peut néanmoins être amplifié par une chaleur excessive.